covid-19

Crash annoncé pour la publicité en 2020

Après une embellie significative en 2018, le marché publicitaire a poursuivi sa croissance en 2019 même si celle-ci s’avère moins prononcée en raison d’un essoufflement au second semestre qui contraste avec six premiers mois prometteurs .

D’après les résultats des quelque études en France les recettes nettes totales incluant le digital par rapport à 2018. En ce qui concerne le périmètre des cinq médias traditionnels (télévision, cinéma, radio, presse, publicité extérieure) avec internet, le marché est en progression  l’an passé. Une progression à mettre toutefois en relief avec les dépenses des annonceurs, en hausse pour leur part.

Le DOOH se distingue

Le digital des médias télévision, radio et presse affiche une croissance en 2019 par rapport à 2018, . En y ajoutant le DOOH (digital out of home), particulièrement dynamique en 2019. Plusieurs médias sont en hausse en 2019 : le cinéma, la publicité extérieure et la radio. À l’inverse, la télévision est en légère baisse malgré la vitalité du digital. La presse dans sa globalité voit ses recettes diminuer , une baisse atténuée par un digital dynamique sur la majorité des catégories de presse. Les trois médias «d’adressage» sont aussi en décroissance en 2019, un constat valable pour les annuaires , le courrier publicitaire et les imprimés sans adresse.

Les services en plein boom

Les annonceurs sont restés très présents en 2019, même si on observe un amenuisement des portefeuilles en fin d’année. La distribution restant le premier contributeur tandis que le secteur des services est celui qui a le plus participé à la croissance avec notamment les services personnalisés et des annonceurs comme Uber Eats, Deliveroo ou Chauffeur Privé (similaire de Jumia Food & Intigo en Tunisie). Les jeux et paris en ligne ont renforcé leur présence dans les médias en 2019 et ont tiré le secteur culture loisirs vers le haut. Enfin, le secteur des télécommunications est revenu aux affaires en 2019 pour mettre notamment en lumière les nouvelles offres des opérateurs et l’univers de plus en plus concurrentiel de la VOD et de la vidéo en ligne.

Crash attendu en 2020

Quant aux perspectives pour 2020, nul besoin d’être medium pour comprendre que le marché doit s’attendre à un crash dont l’ampleur reste encore à déterminer. «La crise sanitaire actuelle crée une situation inédite dont les conséquences sur l’activité économique et plus particulièrement sur le marché de la communication publicitaire sont impossibles aujourd’hui à estimer. On peut cependant évaluer les tendances d’évolution du marché de la communication en 2020 sans tenir compte de cette crise<. Le marché de la communication publicitaire, hors crise sanitaire, aurait dû progresser en 2020 d’environ +1% contre +1,5% mesuré en 2019».